Kasbah Tigmi'N'Oufella

Kasbah Tigmi'N'Oufella

De Tasgha à Ighis

Balade à la journée :

Du village de Tasgah à la vallée d’Ounila:

 

Préambule

Il n’y a ni eau, ni ombre sur la première partie de cette balade. Celle-ci doit donc être gérée avec une heure de départ différente selon la saison. En outre, elle doit toujours être divisée en deux parties dont la jonction est l’arrivée au bord du torrent d’Ounila.

 

PREMIERE PARTIE

De Tasgah à la vallée d’imiter

 

La veille, vous aurez réservé au préalable un taxi avec l’aide de Lahoucine, en précisant l’heure souhaitée de départ.

Compter entre 35 et 40 minutes de trajet pour arriver au parking de l’auberge de Tasgah, chez Saïd…Le peintre Majorelle aurait séjourné là pendant 26 jours en 1927 pour faire des tableaux et esquisses du vieux village…

 


ighis1.JPG  ighis2.JPG
Majorelle " Tasgha 1927  "".........................................Village de Tasgha 2013

 

En 10 minutes depuis le parking, vous êtes au dessus du village avec une très belle vue sur le piton coiffé d’une ruine d’un grenier fortifié.

   ighis4.JPG ighis5.JPG

 Le sentier, pour arriver à cette place, est facile. Perdez-vous dans le village en prenant la trace qui vous convient. Très vite, l’itinéraire va se dessiner de lui-même, en tirant sur la gauche, et vous guidera sur le plateau. Une « tache » verte, pâturage de quelques ânes, est le point de départ de la montée.

Le sentier part plein Est, en direction d’un léger col où pousse une plantation de jeunes genévriers. Le sentier est indiqué par un marquage en rouge (reste d‘un itinéraire, qui se perdra plus loin….Quand vous en trouverez plus de traces rouges, ce n’est pas que vous serez « perdus » mais qu’il n’y en aura tout simplement plus.. !)..

Le sentier monte doucement, presqu’à courbe de niveau….la trace est bien marquée (souvent avec des marques de mulets ou d’ânes).

Bientôt vous rejoignez une piste sur votre droite….le sentier ne la coupe pas..il reste en parallèle à elle jusqu’au virage où il reprendra sa montée.

 

50/60 minutes entre « la tache verte » et la piste.

 

Le sentier remonte dans les rochers, passe un enclos, et arrive à un col plat, indiqué par un Kairn (monticule artificiel de pierres). Vous êtes déjà au point le point haut de la balade, et par conséquent à la fin de la montée. Un décor minéral offre un large panorama sur les environs…Vous avez à votre gauche, le Djebel (montagne en Arabe)Tayssen à 2457m et, face à vous, au Sud/Est, les terres rouges de l’Adrar (montagne en Berbère) Toul’N’Tat ..mais vous n’irez pas jusque là…

 

30 minutes depuis la découverte de la piste à droite.

 

Du col, et jusqu'à la rivière, il vous suffira de suivre un sentier bien marqué et sans surprise….Il suit le talweg jusqu’au village d’Ighis…

En contre bas, vous trouverez une combe herbeuse, coupée par une piste en forme de U…rejoignez cette piste et restez sur le sentier qui coupe le U en son milieu, et suit ensuite le bassin hydrographique de cette vallée…..

20 minutes entre le col et le milieu du U.

 

A partir de là quelques points d’ombre, offerts par des genévriers thurifères.

ighis6.JPG

 Le sentier évident, suit le lit asséché et arrive à des bergeries sur votre gauche.

ighis7.JPG

« Mode d’emploi pour gérer les chiens des bergers »… En effet il est possible qu’il y ait des chiens restés à coté des bergeries, surtout si vous passez aux mois d’octobre/novembre et Mars/avril….Ces périodes sont celles des naissances des cabris et chez les caprins, les petits trop jeunes, sont laissés à l’enclos.

Les chiens de Bergers ( l'Aïdi, berger de l’Atlas est le plus petit chien de montagne. Originaire de l'Atlas, d’Algérie et de Tunisie. Cette race est maintenant officiellement reconnue) sont au premier abord inquiétants, mais il suffit de prendre une pierre ou même simplement faire le geste de ramasser une pierre et il restera à distance, non sans s’exprimer bruyamment … gardez votre rythme et restez sur le sentier….A ma connaissance je n’ai jamais entendu parler d’un randonneur mordu par un chien….De nuit cela serait différent….

 

Depuis les bergeries, vous pouvez, en trois minutes, monter sur la ligne de  crête, pour découvrir la palette variée de couleurs de la vallée de l’Assif (rivière en Berbère) Tassagguet, qui est le couloir naturel pour rejoindre les hauts pâturages d’été…

 

40 minutes entre le milieu du U et les bergeries...

 

Le sentier continue sa progression vers l’aval…très vite des maçonneries apparaissent pour couper le lit du torrent ….Elles ont pour objectif de ralentir quelque peu la fureur d’une crue d’été…rapide et violente..

 

Bientôt vous découvrez en contre bas le village d’Ighis qui vous suffit de rejoindre en restant sur le sentier….

ighis8.JPG

 

Cherchez le passage le plus court, et le plus « raide », pour traverser le village et rejoindre une piste, que vous remontez quelques mètres sur votre droite pour déboucher sur un embranchement, avec une autre piste qui part en direction de la rivière…..

 

40 minutes entre les bergeries et la rivière.

 

TEMPS TOTAL SANS LES ARRÊTS PREMIERE PARTIE

 03H00 / 03H30

 

DEUXIEME PARTIE

D’Ighis à Anguelz

 

Si vous souhaitez pas mouiller vos baskets, prenez le lit de la rivière en alternant rive droite , rive gauche …..Sinon ;

 

Du lit de la rivière, prendre la piste qui monte doucement au village de Tafraout (rive gauche)

Ne pas chercher un chemin ou une trace le long des canalisations. Celles-ci  vous conduirait inévitablement devant un obstacle……

 

20 minutes entre la rivière et la sortie du village de Tafraout.

En 10 minutes vous rejoignez le second village de Aït Sidi Issa…..

ighis9.JPG

Au cœur du village, à droite, un sentier cimenté (à coté d’une fontaine), part rejoindre la rivière… il peut constituer une variante pour se reposer des rayons du soleil….

 

Quand le sentier cimenté arrive sur la piste, prenez celle-ci à gauche et remontez quelque peu jusqu’au virage…De là, suivez les terrasses, pour rejoindre doucement la rive gauche de la rivière… Sur la même rive, vous apercevez les maisons d’Anmiter avec un petit col au milieu du village….Rejoignez ce passage et descendez au cœur du village pour arriver aux anciennes kasbahs, chères au peintre Majorelle…..

ighis10.JPG  ighis11.JPG

Majorelle "Anemiter, vallée d'Oulina, grand Atlas, les Borjs1928"""  ..........................Anmiter    2013

ighis12.JPG ighis13.JPG
J

Jacques Majorelle à Anmiter en 1921 et le tableau " la kasbah d'Anemiter, vallée Ounila 1921"

 

 Longez le cimetière à coté d’une école très colorée, et rejoignez une piste (à droite) qui vous conduira à Imi’n’Oumassine.

 

01 h00/01h15 entre le village de Tafraout et Imi’Oumassine.

 

Ne traversez pas la rivière mais prenez une piste à gauche qui vous ramène dans la vallée d’Ighounane…..

Selon votre envie, vous pouvez ensuite traverser la rivière et rejoindre la route en rive droite et rentrer doucement au village, ou alors marcher jusqu’à l’aplomb du village d’Anguelz et traverser les champs  pour rejoindre ce dernier……

 

30/45 minutes entre Imi’N’Oumassine et Anguelz.

 

                   Irounen.JPG

TEMPS TOTAL SANS LES ARRÊTS SECONDE PARTIE

02H00

 

TOTAL JOURNEE = 05/05H30

 

                      carte tasgha ighis.JPG

Informations diverses :

Petite réflexion sur l’évolution des noms des lieux.

 

Anmiter :

 

Louis Gentil :

« nous nous proposons d’aller frapper à la porte d’un Chikh voisin, à IMI’N’IMITER, coquet village situé en amont d’Ounila dans l’assif IMITER… »

En 1903, le docteur Louis Gentil, déguisé en « chêrif d’Alger » monte au village de l’actuel Anmiter……Mais la traduction de Imi’N’Imiter serait plus juste : «  la bouche de la rivière Imiter »  ou en plus long «  là où la rivière sort de la montagne »..

 

Imi’N’Imiter devint par la suite «  Inimiter », puis Animiter ou Anemiter sur les toiles du peintre Majorelle et repris aussi sur les cartes postales anciennes à partir des années 25, et aujourd’hui ANMITER…..

Je trouve dommage (c’est un sentiment purement subjectif) que les noms de lieux ou de villages perdent (ou évoluent diront certains) le sens premier de leur nom…

 

 

Ounila :

La rivière Ounila qui donne son nom à la vallée commence par un débit souterrain avant de rejoindre l’assif Imiter à Imioumassine….

 

Le vicomte Charles de Foucauld lors de sa «Reconnaissance au Maroc » le 15 octobre 1883 nomme cette rivière le Dra, puis arrivé à Tizgui’N’Barda (plus bas dans la vallée) l’ouad Iounil..

 

Louis Gentil en 1903 la nomme Ounila.

 

Mais le nom originel en berbère est OUNIL…..Un A a été ajouté par la suite pour « arabisé » le nom en devenant OUNILA…

 

 



27/04/2014

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres